L'œuvre

Description

  • Concernant "One and three chairs", nous voyons une installation composée d'une chaise en bois pliante et commune appuyée contre la cimaise, avec à sa gauche un tirage photographique en noir et blanc de cette même chaise et à sa droite, sa définition tirée d'un dictionnaire.

    L'analyse formelle est très limitée, alors que, au contraire, l'analyse conceptuelle est, elle, très étoffée.

                        One and three chairs

    Kosuth montre à la fois l'unité, puisque cela renvoie au même objet, mais également l'irréductibilité de chacune de ces chaises aux deux autres.
    Il nous montre l'objet chaise, qui est la référence tridimentionnelle, l'idée de la chaise, sa représentation linguistique, et la représentation photographique de celle-ci; la représentation iconique bidimensionnelle de cette chaise.

    Elle nous est donc présentée trois fois selon trois degrés de représentation différentes, ou trois lectures différentes, comme nous l'explique Mollet-Viéville.

Reflexion

  • Cette proposition artistique a un coté très "aseptisé", dépersonnalisé. Nous pourrions la comparer à une fiche d'identité judiciaire, parcque cette installation à un aspect très bureaucratique (archéologique, même, comme une fiche objet destinve aux générations futures) de classement certainement engendré par le fait qu'elle ait été arraché de tout contexte spatio-temporel, de toute narrativité.

    Kosuth dit lui_même "mon travail actuel (...) traite des multiples aspects d'une idée de quelque chose". Mais, comme tout spectateur novice, nous tombons dans le piège de l'interêt pour l'objet chaise. C'est à dire que nous pouvons nous poser énormément de questions à propos de l'objet exposé, comme :

        Pourquoi a-t-il choisi cette chaise ?
        Pourquoi personne n'est assis sur celle-ci ?
        Pourquoi est-elle complètement décontextualisée ?
        Est-ce une chaise spécialement créée pour cette installation ou a-t-elle appartenu à queqlu'un ?
        Pourquoi avoir choisi une chaise en bois ?
        Doit-on y reconnaître une référence à l'art chrétien à travers le fait que l'auteur ait choisi de représenter ce siège trois fois comme la sainte trinité comme l'explosion, la division d'une seule et même personne ?

    Nous pouvons penser que Kosuth nous laisse toute la part d'interprétation et que nous pouvons tout imaginer.

    Cepandant, lorsque nous découvrons l'existance de "Glass, one and three" et "One and three box", nous nous apercevons que l'objet n'a aucune espèce d'importance, c'est l'idée de division du sens d'un seul et même objet qui est essentiel. Le spectateur perd tous ses moyens devant une telle œuvre car il ne doit pas l'observer de la même manière qu'une œuvre "traditionnelle", bidimensionelle et narrative, elle ne correspond à aucune tradition ancrée dans la mémoire collective.

    Nous avons finalement beaucoup d'informations sur cette chaise mais ce ne sont que des informations purement techniques et formelles, "artisanales" presque. Le reste "appartient" au spectateur et est de l'ordre de l'interprétation personnelle, si une interprétation personnelle est envisageable.

    Selon Laurent Wolf, Kostuh ferait le constat du dérèglement des relations entre la réalité et sa représentation, et ce depuis la seconde guerre mondiale et l'influence grandissante des images et de leur pouvoir de persuasion.

    Il établis toute une théorie à propos de cette chaise, faisant des corrélations entre l'œuvre de Kosuth et la crise de chaise vide, avec l'ONU, l'URSS ; l'installation faisant référence à cela.

    Cette théorie prouve bien que nous sommes libre de l'interpréter comme on l'entend, selon nos propres références socio politico culturelles, mais Wolf semble s'être fait piégé en n'ayant pas compris le sens de l'œuvre, puisqu'il s'intéresse à la chaise et sa symbolique. Kosuth a du choisir une chaise comme il aurait pris un balais.
    Au début de sa carrière il exécuta d'ailleur des peintures achromatiques car le noir, le blanc et le gris seraient des teintes rtansculturelles ; c'est-à-dire que les couleurs feraient nécessairement référence plus ou moins implicitement à une symbolique religieuse, culturelle, sociale, ect...

    Selon Kosuth lui-même, ce qui est intéressant dans "One and three chair" c'est que l'on puisse modifier le lieu, l'objet, la photo, sans modifier la nature de l'œuvre, la voloné de l'artiste. On peut donc proposer une œuvre d'art qui est l'idée de l'œuvre d'art, la réalisation plastique d'un concept.

influences

  • Nous pouvons voir une influence des surréalistes et peut être plus particulièrement de "Ceci n'est pas une pipe" de René Magritte dans les années trentes, mettant en garde contre le pouvoir des images, nous précisant que la représentation de l aréalité n'est pas la réalité elle même. L'influence de Dada est bien entendu essentielle à travers les jeux créés autour des mots, de la typographie et des lettrages comme "Une nuit d'échec gras", 1920, de Tristan Tzara, ou "L'œil cacodylate" de Francis Picabia, en 1921, et leur célèbres cadavres exquis.

    L'un des artistes qui a le plus marqué Kosuth est Ad Reinhardt, le précurseur de l'art conceptuel avec ses "ultimate painting", quasi monochrome, plus proche de l'œuvre de Malevitch que de l'expressionnisme abstrait. Reinhardt insista sur la notin de la tautologie artistique : il dit "l'art c'est l'art en tant qu'art et tout le reste est tout le reste".
    C'est à partir de son travail que Kosuth a réellement développé sa pratique artistique.

    L'influence des théories linguistiques de Wittgenstein, essentiellement les "investigations philosophiques", est également claire. Selon lui, le seul usage correct du langage est d'exprimer des choses concrètes et perceptibles, il rejette l'enseignement philosophique parcequ'il cherche à démontrer des notions abstraites. Précisons toutefois, qu'à la fin de sa carrière, il contredira totalement cette théorie.

    Kosuth reprendrait, également, la théorie d'Alberti, expliquant et théorisant l'idée qu'une œuvre est avant tout cosa mentale, c'est-à-dire qu'elle est d'abord un concept ou une idée avant d'être une réalisation, un objet d'art.
    Pour mieux comprendre cette œuvre et étayer nos propos, nous citerons Taraboukine qui nous dit que "le contenu de l'œuvre d'art se compose de deux éléments : l'idée et la forme. En matière d'art, il est impossible de penser une représentation sans son contenu, il ne peut y avoir d'œuvre dépourvue de contenu. Le contenu de l'art est l'dée investie dans une forme artistiquement maîtrisée".

    Peut-être pouvons nous reconnaître les prémices de cet art conceptuel dans des œuvres antérieures à celles de "Duchamp" avec le tableau de Paul Bihaud "Combat de nègres dans un tunnel", 1882, un monochrome noir, ou "Première communion de jeunes filles chlorotiques par un temps de neige", 1883, un monochrome blanc.

    Sans le titre, l'œuvre n'est rien, il nous est éclaire, nous donne le sens de l'œuvre. C'est de la dérision de l'humour, le détournement des grands genres.